• CASS TOI POV LOSSER ??? PAS SI SUR !!!

    extrait du discours pour ma fiesta de retraite le 16 DECEMBRE
    .../...Je me faisais fort, moi l’impétrant à la retraite resté rebelle, de ne pas lire » ce discours. Mais La belle affaire ! Tout le monde s’en fout…et le soixante-huitard aurait perdu son label? ….


    Ce concept me va bien, c’est une chef de service surnommé Helena (Ceaucescu) qui m’en avait traité
    Je me disais, fait un petit effort, fait mine, fait semblant, verbalise au moins un ersatz de succédanée de babil enrobé de guimauve, celle que l’on sert à chaque départ en retraite. « Tout le monde, il est beau, il est gentil « Mots sucrés ou vachards, succédant à ceux de la hiérarchie , sincère ou pas , qui débite avec plaisir ou pas , le curriculum vitae. Non merci. Je commets quand même ce pamphlet, mais désolé il n’y aura pas de réponse, pas de parole institutionnelle …


    D’ailleurs a quoi cela sert ? L’employé territorial est toujours méritant quand il dégage le plancher. Le seul mérite, qu’il a eu, c’est de travailler, dans des conditions de plus en plus dégradées. Mais il aurait pu aussi peigner la girafe, si cela avait été un service public …
    Et pourtant, c’est dommage ! L’aimable assemblée ici présente, aurait pu entendre dans certaines bouches, combien j’ai été indispensable dans ce service public territorial, qui va par ailleurs continuer à se réduire et sans doute à se dégrader inexorablement.- Il n’ya pas de raison que toutes les crise de la dette et autres ne provoquent pas les dégâts attendus. Sauf si… bien entendu …
    Mais j’entends Françoise( une vieille collègue) crier « Yves mégalo… »


    Tout le monde connait en effet les lieux communs sur le thème, « les cimetières sont pleins de gens indispensables… »
    Et bien moi, j’ai entendu mon camarade Brecht parler de ceux qui luttent : « celui qui lutte, ne serait ce qu’une heure …est indispensable » Vous me voyez venir avec ma grande banderole Je n’ai pas fait le total de mes heures de grèves et de délégations.... Toutes celles que j’ai données pour que mes concitoyenEs, soient le moins malheureux possible. Il doit être impressionnant… Cela serait amusant de faire l’addition des sommes de pognon que la Ville de Rennes n’a pas eu à me verser.


    Elle aurait pu avoir l’idée de me les «resservir» en guise, qui sait , de promotion … Kekchi ! Mais me direz vous, tout ceci ressemble à un bilan comptable, et là me dis je a moi-même, camarade tu as déjà mis le petit doigt dans l’engrenage capitaliste des ratios et autres retours sur investissement. 
    Bien sûr l’individu militant, qu’il s’appelle Stan , Hic ou Juin, ne peut expliquer sa conduite que parce qu’il appartient à un collectif, aux côtés des Tinville, Ségur , Max, Dominique, Christian ou Besancenot … Nous sommes le produit des période noires, du stalinisme , et la sociale démocratie ne nous a pas sauvé… au contraire ! 


    J’ai la conviction profonde en effet, que si vous ne voulez pas changer la vie, c’est la vie qui vous change. C’est le bilan fort, de mes 3o ans de militantisme syndical et politique dans cette entreprise.-Une des victoires du système, c’est d’avoir gagné la bataille des mots, même si on ajoute municipale à entreprise. En une phrase, j’ai vécu le passage d’une gestion social démocrate à une gestion social libérale. Et bien sûr, nous qui voulions révolutionner le monde, nous avons été confrontés à ceux qui se sont cachés derrière des mots, de dérobades en lâchetés, de désertions en trahisons. Et pourtant j’en étais averti, au cours de mes formations politiques : l’assassinat de Rosa, la guerre 14/18, tout ça… tout ça... Avec notamment un certain Baudoin, devenu après, éditorialiste à Ouest –France, mais lui a épousé les sociale démocratie, pas moi….

    Donc comme ca, le camarade impétrant à la retraite serait morose (hi hi),
    Il serait mélancolique … 

    Certes, c’est un fait nous n’avons pas réussi à changer notre société et c’est frustrant. Nous nous sommes défendus contre les régressions. Nous avons limité la (es) casse(s), grâce principalement à la lutte syndicale, mais ce n’est pas mirobolant. D’autant que le syndicat ou j’ai milité pendant plus de 30 ans a explosé en vol … 


    Mais ce qui est plus rageant, c’est d’entendre sur les marchés par exemple, des jeunes qui vous renvoient à la figure, les soient disants « privilèges de notre génération qui aurait été protégée ». Ce discours va parfois de paire avec le « tous pourris », qualifiant les politiques … qui « se serviraient d’abord». Et moi, j’en serais responsable, ou alors complice ? Quand vous avez donné, quand même beaucoup de temps de votre vie pour des causes qui en valaient la peine. Alors oui, j’ai le droit de nourrir quelques haines contre certains. D’autant, quand ces certains ont maltraité des camarades, y compris dans cette institution, censée être au service de la population…


    Ok, man ! tu vas partir dégoûté. Mais c’est ça, la vie. ! Il est temps de laisser la place. Un «casse toi pov’ looser … ! » en quelque sorte …

    Bon ! nous avons perdu, pour l’instant … Mais je ne voudrais pas quitter cette P… de boutique ! sans laisser quelques traces écrites… Donc une fois encore, j’entends dispenser quelques conseils…. et rester fidèle à un concept dont m’avait affublé, alors jeune gauchiste boutonneux, un certain Secrétaire général de la Ville, un certain monsieur René Rolland, celui de » fouille merde » et c’est vrai que nous sommes vraiment dans la merde Et donc en guise de « testament professionnel », je vais donner des recommandations à mon successeur. Ils pourront lui être utiles Enfin peut être … 
    La DRH ne l’ayant pas encore recruté- ca pourrait d’ailleurs sentir la faute professionnelle, mais plus surement un truc pour gratter un peu de fric…

    Je ne le connais pas encore le remplacan(E), j’en suis réduit a des hypothèses, Donc j’ai essaye de mettre a la place de 3 virtuels arrivant Es . 

    Conseils à un quelqu’un qui, après plein d’années de galère, à réussi à se poser dans l’Hôtel Rennes Métropole.
    T’arrives dans un grand Hôtel, telle une cathédrale plantée sur une vaste place. Elle a un nom ambigu « la Communauté ». A un moment où on fustige le communautarisme…avec des candélabres démesurés… avec des arbres pathétiques… Il est bardé de bois (tropical pour être honnête), Il est haut de six étages, et tu découvres rapidement qu’il a une forme de H - parait que ca veut dire Hervé, du nom du gars de La Bouillie... Regarde bien ! il n’est pas si moche que ça (je plaisante ) 

    Passé le tourniquet -dissuasif pour tous manifestants avec mauvaises pensées- Tu tombes sur nos « gentils accueillantS », tels des gardiens du temple communautaire. Prépares ta carte d’identité ! Non tu ne t’es pas trompé, ce n’est pas la nouvelle prison de Vézin … Juste une impression ! Laisse toi plutôt impressionner par la froideur de cette entrée : art et béton brut. Tu penses à un hôpital.. . Oublie vite cette mauvaise pensée! D’ailleurs il n’y a pas de blouses blanches, pour le moment. Des cas de psychoses sont pourtant avérés chez certains collègues. Mais ils n’ont pas encore nécessité l’intervention des forces médicales. 


    Allusions lourdingues et politiquement totalement incorrectes ,à un tract du syndicat Sud traitant de la souffrance au travail. Désolé pour le mauvais goût, mais ce goût amer, il me restera longtemps en travers de la gorge.


    Patientes à l‘ascenseur ! car l’escalier est parfois traitre. Et l’ascenseur tant attendu est social. S’il t’entraîne au deuxième sous sol, ou au sixième ciel soi heureux !, il n’existe pas beaucoup de lieux de rencontre dans ce palais. Tu peux rester des mois sans rencontrer des gens que tu connais. Une sorte de « meetic » , en quelque sorte …
    Donc tu rentres ici, comme dans un couvent… Les bureaux ont remplacé les cellules ; le couloir … n’en finit pas, il sait faire résonner le CLIC CLAC , des chaussures haut talonnées et amplifie les paroles hautement proférées. Surtout ne riez pas ! les décibels pourraient péter le cadran… Passes faire une pose dans le wagon restaurant - c’est là qu’est le micro onde et la cafetière ; la dureté du siège et son étroitesse t’évitera de trop gaspiller ton temps. Ne prends pas le risque d’être accusé, au cas où la France viendrait à perdre l’un de ses triples A , Ne cherches pas le restaurant ou la cantine, il y en a pas… Va direct au camion dehors : So régression ! (c’est une plaisanterie so fine (comprenne qui pourra, la faim justifie les moyens )…
    Bon t’es installé … Dans ton bureau cellulaire… C’est ok ! le mur en béton ? le clic clac ? , les rires ? C’est ton décor …Tu va faire avec …
    Tu n’as pas envie spécialement de te faire remarquer, Tu as raison ; Ici faut l’ouvrir, mais ni trop ni trop peu. Au milieu ! De mauvaises langues te parleront du culte de la médiocratie… Laisse les dire ; mais c’est pas totalement faux . Plus tu prends des initiatives, plus t’auras des chances de franchir la ligne blanche. La hiérarchie et ses arcanes sont payées pour cela… La pédagogie de l’erreur n’est pas de mise dans cette institution.

    Logique, n’en fais pas trop.. Prend une bonne assurance … La Cfdt a ses entrées avec la « haute hiérarchie », ça peut servir, prend ta carte. Mais soit prudent, pas de militantisme. Normalement tu devrais dérouler ta carrière, tranquille. Pour ne pas faire de bourdes, observe bien les réseaux. Qui dine avec qui et pourquoi ? A suivre aussi l’évolution des courants et sous courants du PS, Mâte les franc macs, lorgne les cathos de gauche, etc etc Patrick pourra t’y aider. Pour les radicaux de Gauche… Va voir Honore, il te dira dans quelle cabine téléphonique il se réunit…Mieux vaut bien connaître bien ses patrons C’est clairement pour éviter les emmerdes. …

    Conseils à quelqu’un qui veut faire une belle carrière professionnelle 
    Ici c’est juste le fruit d’observations , 30 ans déjà …en bref le contraire de ma vie professionnelle.
    Vous arrivez dans ce palais à la mesure de vos ambitions, grand, clean, nickel. La salle du conseil de l’agglo, spacieuse, bien située, vous donne déjà envie de travailler. Vous trouvez génial le cloitre vitré, tel un fumoir géant à ciel ouvert… ca y est vous avez enfin compris, c’est ca le « vivre en intelligence » rennais… Vous avez le sentiment d’être protégé par ce tourniquet un peu bizarre et par les hôtes et hôtesses d’accueil. Quant à la caméra à l’entrée du parking souterrain, vidéo surveillance top, rien à dire …Et à voir le nombre de voitures garées. Vous sentez bien que la voiture est ici a sa vraie place. 
    « Etre performant…vous le savez mon jeune ami, c’est l’essentiel.. » Mais cela ne veut pas dire efficace… bosseur … cela se saurait … C’est l’argent du contribuable. Nous en sommes comptables… Bon ! Accepter la langue de bois …
    C’est d’abord affaire de langage ou de langue, de mots… C’est aussi affaire d’image, de look, de positionnement, d’affichage…. Tout est dans l’affichage …
    Pas si facile !


    Il faut décrypter le système, analyser les réseaux, les courants et sous courants politiques, les appétits des uns et des autres…Pour bien choisir son écurie et le bon service. Le bon service porteur, bien anticiper les potentialités des uns et des autres aux coups tordus … Si tu te penches sur le passé de certains tu trouveras des trucs énormes, … Tiens en compte dans ta stratégie pour réussir ..
    Tu veux être un jeune aux dents longues, mais caches tes ambitions…Bref, tu n’es pas surpris, tu es ici comme dans n’importe quelle entreprise du privé. D’ailleurs tu comprendras vite qu’il n’a plus de différence entre le public et le privé. Pour le management, les DHR de France Telecom et de la Ville sont à la même ecole… Adopte un profil bien lice, l’Institution a horreur de tout ce qui est aspérité
    La promotion canapé ca peut encore marcher! Mais depuis que DSK a été démasqué, ce n’est pas trop conseillé …

    Conseils à un camarade qui aurait vraiment envie de servir le public et de changer le monde
    Selon la formule estampillée Krivine, on a bien plus de raisons de se révolter aujourd’hui qu’en mai 68, C’est pas Mme Michu qui va me contredire … D’ailleurs elle n’existe pas , ce n’est que pure invention de communicant.
    Tu te dis en arrivant, c’est quoi ce grand machin, mégalo moche et mal foutu, il date clairement d’une autre époque, un truc de type stalinien ou tout simplement c’est le symbole de notre société, un truc à produire des milliers d’indignes … T’as même pas envie de savoir combien ca a couté, pour ne pas noircir ta colère…
    Peut être l’abattre, carrément … Ou au moins créer un lieu convivial avec un bistrot cool et un resto sympat… Mettre des tonnes de peinture de toutes les couleurs, y installer une galerie de peinture des sculptures , y faire des concerts…
    Ok Coco tu vois le boulot qui te reste, parce que ca, ce n’est qu’un symptôme , mais ne t’apitoie pas sur le superficiel . Il faut aller à l’essentiel …
    Mais il te faut être patient, avaler les couleuvre, te renforcer l’estomac idéologique. Et peut être qu’un jour, si tu as pris ton temps, tu vivras de grands moments de lutte solidaires, comme cette grève de 1999, 11 ans déjà… Tu m’’imagine dans la salle du conseil municipal avec un millier de grévistes… Mais toi vise plus haut. La salle du conseil de l’agglomération doit être ton objectif, Oui petit scarabée révolutionnaire, j’ai mis la barre très haute. A toi de Jouer …


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :